Gilets jaunes… Le grand ras-le-bol des professionnels!

Une réunion des organisations patronales, fédérations de commerçants et d’artisans,  représentants des assureurs, d’hôteliers et de restaurateurs a été organisée lundi pour faire le point sur l’impact économique du mouvement des « gilets jaunes », et en particulier sur les violences qui se sont particulièrement déchaînées ce samedi sur les Champs-Élysées.

Plusieurs réunions identiques ont déjà eu lieu dès le début du mouvement des « gilets jaunes » le 17 novembre dernier. Lors de celles-ci, le gouvernement avait déjà annoncé des mesures de soutien aux commerçants, sous forme d’étalement des charges sociales et des échéances de paiement des impôts, mais aussi d’exonérations fiscales. Mais va-t-il pouvoir tenir ses promesses vu l’ampleur des dégâts ?

Samedi dernier, l’acte 18 de la mobilisation des « gilets jaunes » a été marquée par une flambée de violences à Paris, et en particulier sur les Champs-Élysées, théâtre d’affrontements d’une rare intensité, d’actes de pillages planifiés et de départs de feu qui auraient pu s’avérer fatal pour une mère et son enfant…

Selon le Comité Champs-Élysées, une association de promotion qui revendique 180 adhérents – dont une grande partie de commerces – 91 enseignes ont été touchées par les casseurs, dont une vingtaine pillées ou victimes de départs d’incendie.

Déjà 170 M€ de dégâts estimés par la Fédération Française de l’Assurance !

Roland Héguy, président confédéral de l’UMIH, apporte son « plus grand soutien à l’ensemble des professionnels HCR pour qui la lassitude et le ras le bol est total ! Toutes ces dégradations à répétition sont intolérables, injustifiables », a-t-il dénoncé dans un communiqué estimant que cette situation mettait « en péril des emplois et des entreprises.

« A Paris, depuis des mois, les commerce, cafés, restaurants sont détruits et nos professionnels ne peuvent plus exercer leur métier. Ils doivent pouvoir travailler sans avoir peur des violences », a ajouté le président du syndicat professionnel à l’AFP. Car, après 4 mois de manifestations récurrentes tous les samedis en France et notamment à Paris, ce n’est pas sans conséquences sur l’économie du pays…

Les dégâts liés aux manifestations des « gilets jaunes » en France ont été estimés ce lundi à 170 M€ par la Fédération Française de l’Assurance (FFA)… Lesquels ne prennent pas en compte les nouvelles dégradations commises ce weekend sur les Champs-Élysées…

« Nous nous attendons à une année 2019 plus difficile »

Fin février, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait déjà estimé à 0,2 point de croissance l’impact du mouvement des « gilets jaunes » sur l’économie française, soit un coût « très élevé », précisait-il. Si le gouvernement espère (encore ?) que le chiffre record de 90 millions de voyageurs a été atteint l’an dernier, « nous nous attendons à une année 2019 plus difficile », a confié au Monde Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État au tourisme.

« Il y avait une accalmie qui a permis un repositionnement de la destination France », poursuit-il. « Les derniers événements renvoient de très mauvaises images. On s’en prend à l’outil de travail de gens qui contribuent au rayonnement de notre pays dans le monde. » M. Lemoyne réunira ce jeudi 21 mars, les professionnels du secteur en Île-de-France avec Atout France, l’organisme public de promotion de l’Hexagone, pour « faire le point et réfléchir ensemble à une relance de la destination France ». Oui, mais vite, car il y a le feu!

(Avec AFP)

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

Aucun commentaire

Laisser une réponse