Finnair en business vers l’Asie

En général nos réflexes de choix se portent les compagnies du Golfe si l’on veut aller en Asie. Les comparatifs de prix existent pour aider le consommateur à mieux finaliser ce choix.

En optant pour Finnair, vous bénéficierez d’office d’une différence ou avantage important : la durée totale de vos vols vers l’Asie, transit inclus. Les routes exploitées via le nord sont d’office plus courtes. Nous avons donc décidé d’expérimenter cette compagnie.

Après un vol vers Helsinki plus qu’agréable, en classe Affaires, nous découvrons cet aéroport moderne, agréable, bien fléché. Peut-être un peu trop « Duty Free minded », en d’autres mots, l’aéroport regorge de boutiques.

Une autre remarque, le manque d’organisation niveau passagers en transit. Absence de priorisation par classes, des flux d’arrivées mal canalisés, provoquant des réflexes de passagers, impatients et irrespectueux, fraudant les longues queues pour grappiller quelques minutes.

Les passagers Business Class ont, bien sûr, un Lounge à leur disposition…

… mais ce dernier s’avère rapidement et vraiment trop exigu pour les accueillir aux heures de pointes. Beaucoup d’entre eux abandonnent d’ailleurs le confort de cet avantage par dépit ou impossibilité de dénicher une place assise.

Mais revenons-en au principal, le service à bord d’un long courrier Finnair. L’accueil des passagers par l’équipage était plus que chaleureux, loin des habitudes traditionnelles ou procédurières. A peine assis dans votre siège à l’avant de l’appareil, l’hôtesse en charge de votre rangée vient vous saluer personnellement.

A nouveau loin des manières habituelles, mais avec un ton et une assurance tactile permanente et bienveillante, qui font disparaître l’angoisse que connaissent certains passagers en prenant un vol.

Je suis persuadé que leur formation de personnel de bord intègre ce type d’approche. Bravo à eux déjà. Trousse de toilette, eau, journaux, menus à la signature finlandaise finalisent ce tableau de bienvenue.

Soupe au saumon ou saumon fumé ou autres spécialités vous sont proposées. Pour les vins rouges : un Margaux 2015 ou un Vino Nobile di Montepulciano 2016.

Pour les blancs : un Riesling ou un Monterey Chardonnay 2016, et surprise rare dans un avion, un Mirabeau Pur Rosé 2017 pour les inconditionnels de soleil.

Niveau Champagne, un Joseph Perrier cuvée Royale brut servi comme tel ou sous forme de 2 cocktails différents. Je vous épargne les cocktails divers, avec ou sans vodka finlandaise.

Ma cotation pour ces vols longs courriers A/R : un très rare 9/10.

Une découverte, une recommandation.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE