Des « MOOC » bien peu utiles…

Les « Massive Open Online Courses », de plus en plus nombreux sur la Toile, permettent à tout un chacun de suivre à distance une formation, diplômante ou non, dans à peu près n’importe quelle matière. Et bien entendu en tourisme aussi.

Ainsi, Atout France a lancé le MOOC Accueil France fin 2015, créé par la société Tourism Academy. Son objectif est de mieux appréhender les comportements et les attentes des clientèles touristiques étrangères. D’apprendre à mieux les connaître pour pouvoir répondre à leurs besoins et encore mieux : les anticiper.

L’apprentissage a été développé sur six clientèles : les Allemands, les Anglais, les Belges, les Chinois, les Indiens et les Néerlandais. La période d’apprentissage quant à elle est étendue sur 12 mois et une clientèle demande environ 4 heures de travail sous trois niveaux disponibles : base, avancé et coach.

Devine qui vient souper…

On apprend ainsi qu’il ne faut jamais donner la chambre 4 à des Chinois : ce chiffre porte malheur en Chine. Ou que « un Belge qui vient dîner chez vous peut arriver à midi, car les Belges déjeunent à 8h00, dînent à 12h00 et soupent à 20h00 ».

Jacky Ickx et Plastic Bertrand

Comme ce sont les vacances, et spécialement pour sers lecteurs belges, PagTour a eu la curiosité d’aller jeter un coup d’œil sur le contenu de cette formation.

indexQu’en retenir ? Un ramassis de poncifs, de lieux communs et d’images cent fois vues pour illustrer « les essentiels du tourisme ». Pour le sport, l’incontournable Eddy Merckx, les Diables Rouges et… Jacky Ickx, dont les plus jeunes ignorent même l’existence.

Pour le cinéma, les frères Dardenne et Benoît Poelvoorde. La littérature ? Georges Simenon. La politique ? Paul-Henri Spaak, Herman van Rompuy et… Elio di Rupo! Le spectacle ? Jacques Brel, Annie Cordy, Stromae, Lara Fabian et… Plastic Bertrand. (photo ci-contre)

Vous avez dit « essentiel » ?

Mais un ramassis d’âneries, surtout. Ni Marguerite Yourcenar, ni Claude Lévi-Strauss, ni Audrey Hepburn, bien que nés à Bruxelles, ni Raymond Devos, né à Mouscron, n’étaient belges, comme l’assure cette « formation ». Qui nous apprend aussi que « les Flamands sont plus rigoureux », et les Wallons, « plus bourguignons et latins », ce qui ne nous avance guère. Est-ce vraiment « essentiel » ?

fete-de-la-biere-nantes-brasses-barDu même tonneau ?

Les modules destinés à en savoir plus sur les clientèles allemande, chinoise ou indienne sont-ils du même tonneau ? Franchement, on n’a pas eu le courage d’aller voir.

Mais si c’est le cas, on ne voit pas comment les professionnels français de l’accueil pourront vraiment améliorer leur connaissance de ces marchés…

Une fois encore, on a cédé aux sirènes d’une société de services qui, elle, a réussi à vendre sa salade à Atout France, où l’on n’a trouvé personne capable de juger de l’intérêt de ce produit. Se serait-elle adressée à un « native », le résultat eût été bien différent.

Mais c’est évidemment trop demander au trois fondateurs de la société, autoproclamés « experts du tourisme et du digital learning en France », et qui entendent révolutionner le marché de la formation des opérateurs touristiques, pas moins. A moins qu’ils ne tiennent ces opérateurs touristiques pour des demeurés mentaux.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE