Banques et concessionnaires auto face à la mobilité : une contradiction écologique

A l’approche du Salon de l’Auto de Bruxelles, la majorité des banques rivalisent pour offrir aux acquéreurs de nouveaux véhicules à des taux de prêts proche du zéro % : une moyenne de 0,60% si pas 0% offerte par certains concessionnaires automobiles. Avec la différence que vous ne serez vraiment propriétaire de votre véhicule qu’à l’échéance de votre emprunt.

Ceci dit, et dans l’ambiance actuelle de l’offensive anti-pollution, d’une (dés)information massive quant aux particules fines plus nocives les unes que les autres issues du diesel ET de l’essence, des initiatives diverses pour limiter l’utilisation des véhicules en ville, il nous faut nous poser la question quant à la moralité des banques et concessionnaires d’aller systématiquement à l’opposé du combat écologique en proposant des taux presque nul.

Évidemment les productions automobiles se poursuivent plus que jamais, car nombre d’emplois en dépendent. Mais nous, les consommateurs, sommes pris en otages dans un système hybride.D’abord acculés devant des lois prohibant ou limitant l’utilisation de nos véhicules diesels selon l’année de production, puis culpabilisés de par leur utilisation pure et simple.

Accusés d’irrespectueux envers l’écologie si on n’utilise pas les transports en commun ou leurs alternatives : vélos, trottinettes, voitures partagées et j’en passe.

Faut savoir ce que l’on veut !

Soit on applique une forme de doctrine écologique avec ses attributs d’exceptions échelonnés dans le temps pour aboutir à un résultat. Soit on n’ose qu’à moitié pour des motifs politiques, inclus les puissants lobbys, et ce seront nos arrière-petits-enfants qui en paieront les pots cassés.

Mais pour l’amour du ciel, Politiques, Industriels, Banquiers et autres…respectez au moins une norme. Le consommateur qui désire une nouvelle voiture l’achètera de toute façon…ou il la louera…via les nouveaux concepts.

Conclusion : messieurs les banquiers arrêtez vos bradages consuméristes qui influent négativement sur l’écologie.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE