Au banc d’essai : Norwegian Air

Bienvenue à bord ! Photo ©Carolyne Parent

Fin octobre, le transporteur à bas prix Norwegian Air faisait son entrée sur le marché canadien en commençant par l’aéroport Montréal-Trudeau. Un de nos confrères de Tourisme Plus était à bord vol inaugural à destination de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Récit de leur expérience.

Le premier vol de Norwegian a décollé à l’heure, avec un peu plus de 70 passagers. Durant le trajet, le personnel de bord, souriant et sympathique, s’exprimait parfaitement en anglais, mais pas en français. Néanmoins, toutes les annonces à bord ont été faites en français (entre autres).

À l’instar des autres transporteurs se définissant comme des low-cost, Norwegian offre très peu de services en vol. Par exemple, impossible d’avoir un simple verre d’eau : il faut acheter une bouteille. En ce qui a trait au service de boissons/aliments à bord, des boissons, le sandwich du jour et quelques en-cas salés et sucrés sont vendus sur les vols à destination des Antilles.

En matière de divertissement, les sièges de notre appareil n’étaient pas équipés de prise pour écouteurs. Ils s’avéreraient inutiles de toute manière, puisqu’il n’y a pas de bande sonore pour accompagner les courts films d’animation et la vidéo de yoga, présentés sur de petits écrans au-dessus des sièges.

Bien sûr, on peut pallier à cela en apportant ses propres divertissements, une bonne idée sur un vol qui dure près de cinq heures. Toutefois, s’il s’agit d’une tablette ou d’un ordinateur, vaut mieux s’assurer que la batterie soit entièrement chargée, car il n’y a pas de prise USB ou électrique au siège.

LOW-COST ? PAS TOUJOURS…

Dans le site de la compagnie, on peut consulter le calendrier des bas tarifs qui permet de planifier les déplacements pour bénéficier des meilleurs tarifs disponibles. Les tarifs peuvent varier grandement dans un même mois. Par exemple, en décembre, un aller simple Montréal-Guadeloupe se détaillait entre 179 $ et 799 $ et en janvier, entre 179 $ et 639 $.

Comme c’est généralement le cas, les services tels que la réservation de siège et l’enregistrement de bagages sont assortis de frais supplémentaires.

Au moment de mettre en ligne, Norwegian Air n’avait pas officiellement confirmé la rumeur selon laquelle il envisageait de payer une commission aux agents de voyages canadiens qui réservent les vols pour leurs clients. Néanmoins, le transporteur a un portail pour agents de voyages à https://agent.norwegian.com/.

ON EMBARQUE ? 

Oui, pour profiter des vrais tarifs réduits. Sinon, les tarifs ressemblent à ceux des deux autres transporteurs qui volent sans escale entre Montréal et la Guadeloupe, soit Air Canada et Air Transat. Au même prix, le client peut simplement choisir l’horaire et le transporteur qui lui conviennent le mieux.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE