Les autocaristes en guerre contre la mairie Paris

Les autocaristes digèrent mal l’augmentation de 60 % des tarifs du Pass Autocar et les nouvelle normes en vigueur dans la capitale…

Selon la Fédération Nationale des Transports de Voyageur (FNTV), « les nouveaux tarifs, applicables à compter du 2 janvier 2017, engendrent une hausse significative du coût du stationnement pouvant atteindre 60 % par rapport aux tarifs en vigueur au 2e semestre 2016 (350 % en un peu plus de 2 ans pour certaines catégories) ».

La fédération dénonce également les diminutions tarifaires pour les véhicules les moins polluants (Euro 5 et Euro 6) qui, selon elle,« sont très modérées et discriminatoires. De l’ordre de 18% au maximum, elles ne concernent que les Pass abonnés et ne bénéficieront pas aux entreprises se rendant occasionnellement sur Paris, quand bien même leurs véhicules répondraient aux normes d’émission les plus vertueuses ».

Selon la FNTV, « cette augmentation considérable, qui intervient dans un contexte économique particulièrement difficile, aggravera la baisse de la fréquentation touristique à Paris ». Les autocaristes dénoncent « une nouvelle fois le dogmatisme de la mairie de Paris dont les décisions incompréhensibles aboutiront à des résultats contraires à leur objectif ».

Car, « face à l’absurdité des tarifs, les entreprises n’auront d’autre choix que de circuler dans Paris plutôt que de payer le stationnement, contribuant ainsi à l’augmentation des nuisances écologiques et corrélativement à la réduction de la qualité de vie des parisiens ».

La FNTV met en demeure la mairie de Paris « en lui demandant de respecter ses engagements concernant la possibilité pour les véhicules Euro 5 et 6 de continuer à circuler après 2020 et de renoncer aux augmentations tarifaires scandaleuses ».

Si ce n’était pas le cas, « les entreprises de transport par autocar françaises et européennes se verront dans l’obligation d’entreprendre des actions de mobilisation d’envergure ».

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE