Anderlecht : Saint-Guidon, Erasme et Luizermolen

Connue mondialement pour son équipe de foot, l’attractivité touristique de la commune est centralisée autour de la place de la Vaillance. Ses frontières flamandes proposent une transition champêtre avec le Pajottenland. Pour cette douzième rencontre du tourisme, nous avons visité le patrimoine communal en compagnie de son Bourgmestre : Eric Tomas.

Eric Tomas : pilote politique et automobile

Celui qui ne fut jamais Echevin avant l’obtention du mayorat en 2012, rentra en politique en 1982. Il devient Député fédéral en 1985, Ministre de la Communauté Française en 1993 et Député régional en 1995. Secrétaire d’Etat puis Ministre, il occupa les fonctions de Président du Parlement bruxellois en 2004, avant d’en redevenir Député en 2009. 

Malgré une carrière et un agenda particulièrement chargés, Eric Tomas s’octroie quelques escapades annuellement. Dans la maison familiale en Dordogne, près de Sarlat, tout d’abord. Une maison héritée de ses parents où il aime se retrouver en famille. Dans le centre et le sud de l’Angleterre également, qu’il apprécie tout particulièrement. 

Moins connue, sa passion pour l’automobile, lui fait découvrir d’autres destinations européennes. Collectionneur d’une dizaine d’ancêtres, il a parcouru à deux reprises les routes escarpées de Corse. Prêtez attention lorsque vous croisez une Rapier ou une Ford Anglia de 1960… Eric Tomas est sans doute aux commandes.

dyn003_original_640_475_pjpeg_2581519_87c9561d38bf0f24538751c3d230c560Une offre touristique distribuée en deux pôles

Le premier attrait de la commune rayonne autour de l’église Saint-Guidon. A l’époque médiévale, des pèlerins s’y rendaient déjà pour un rituel qui consiste à passer dans la crypte sous une table en pierre.

En préservation permanente, le chœur de l’édifice religieux a été restauré il y a un an. La crypte est digne d’intérêt. Les puristes regrettent cependant sa flèche néogothique, fruit du 19ième .

Le néo-gothique défigura bon nombre d’édifices du Moyen Age. Le Béguinage voisin est l’unique représentant bruxellois du genre vu qu’il est préservé dans sa totalité. Un musée communal occupe les lieux. Quelque peu encombré, il subira une amélioration profonde cette année.

Anderlect,_Maison_d'ErasmeCommunale également, la Maison Erasme est des rares bâtiments des 15ième et 16ième siècle à proposer son architecture espagnole aux touristes de passage. Consacrée au célèbre humaniste, elle se visite également pour ses jardins ; éden appréciable au sein d’un ensemble fortement bâti.

Son second intérêt repose à la périphérie anderlechtoise. Passé la cité-jardin du Bon-Air, le paysage s’inscrit dans les premiers vallons du Pajottenland. Cette zone rurale y accueille depuis 20 ans le seul moulin en bois, propre à la capitale.

Eric Tomas tient tout particulièrement à son Luizenmolen. Vestige agricole de jadis, ce moulin éolien à farine a été reconstruit à l’identique dès 1994. Ouvert au public, il accueille des touristes et un public scolaire. 

LuizenmolenDifférents lieux d’intérêt viennent compléter l’offre communale. Les abattoirs de Cureghem sont de ceux-ci, sans oublier le quartier du Meir et son offre bâtie d’exception.

Ce dernier est, à titre personnel, un des plus beaux ensembles bâtis de la capitale, qui n’a rien à envier au quartier Molière.

Anderlecht possède un service du tourisme qui organise des visites dominicales. Une revue (le pas-à-pas ) reprend les différents lieux touristiques de l’entité. 

La commune accueille différents hôtels dont la majorité de l’offre se situe le long de la chaussée de Mons et à côté du Campus Erasme.

Anderlecht s’inscrit dans le futur

Eric Tomas souhaite améliorer la convivialité de la place de la Vaillance. Transformée en piétonnier, elle accueillera un nouvel édifice du tourisme. De style néo-renaissance, la place est sous la vigilance accrue du Bourgmestre. Un désaccord oppose actuellement la commune à la communauté flamande, par rapport à la maison « de Zwaan », qui souhaite en transformer l’apparence : « le combat pour le patrimoine est quotidien » nous fait remarquer le premier fonctionnaire communal.

1605073081Ignoré par les bus hop-on, hop-off, l’entité souhaiterait être mieux mise en avant par visit-brussels.

Eric Tomas estime que le centre-ville bruxellois est largement plébiscité au détriment d’une offre périphérique intéressante.

Profitant de l’attrait récent porté au canal Charleroi-Bruxelles, la commune a acquis l’ancienne meunerie Moulart. Ouvert au public, ce centre d’interprétation, qui répond au nom de « Coop », s’inscrit dans la dynamique culturelle foisonnante de la capitale européenne. Infos et réservations : 

http://www.coop.brussels/decouverte/

 

Pour retrouver les interviews précédentes, cliquer sur le titre :

Jette : au pays du surréalisme

Saint-Gilles : Horta, art et convivialité

Schaerbeek : le Train World et l’Art Nouveau

Ganshoren, du vert qui ne me quitte pas

Koekelberg met le chocolat à l’honneur

Watermael-Boitsfort : le bois comme patrimoine

Molenbeek: Son passé industriel et son patrimoine immatériel

Saint-Josse-ten-Noode : petite mais considérable

Evere : ses hôtels, son moulin et la witloof

Forest : un axe culturel important

 

 

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE