L’IATA défend le principe du surbooking

Selon l’IATA, le premier trimestre s’est achevé sur une bonne note dans le secteur passagers. En mars, la demande a ainsi progressé de 6,8 % par rapport au même mois un an plus tôt. Parallèlement, le coefficient d’occupation des sièges a atteint 80,4 % – un record pour un mois de mars!

« La vigueur de la demande s’est maintenue tout au long du premier trimestre, soutenue par les faibles tarifs et un rétablissement généralisé des conditions économiques mondiales », observe Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

« Le prix des billets d’avion a chuté de 10 %, en termes réels, depuis dix ans et cela a fait en sorte que les coefficients d’occupation des sièges ont atteint des niveaux record », ajoute-t-il.

MAIS L’INTERDICTION D’APPAREILS ÉLECTRONIQUES…

Si l’IATA se félicite des résultats solides du premier trimestre, elle s’inquiète des effets de l’interdiction d’appareils électroniques de grandes dimensions dans les cabines sur certaines routes vers les États-Unis et le Royaume-Uni.

« La survente a bien fonctionné durant des décennies. » - Alexandre de Juniac -
« La survente a bien fonctionné durant des décennies. » Alexandre de Juniac 

M. de Juniac admet toutefois que l’interdiction est survenue trop tard en mars pour avoir des effets sur les statistiques de trafic du mois. « Il faudra attendre encore un mois pour constater les incidences de l’interdiction des ordinateurs portables sur la demande », dit-il.

Mais alors que « les rumeurs persistent voulant que l’interdiction soit étendue à d’autres aéroports et d’autres régions », le DG de l’IATA exhorte les gouvernements à « travailler avec l’industrie pour trouver des solutions de rechange, et pour assurer la sécurité de l’aviation sans créer de si grands inconvénients à nos passagers ».

« La vidéo était si choquante qu’il serait facile pour les législateurs et les autorités réglementaires de prendre des mesures pour limiter la survente des billets d’avion. Toutefois, la gestion de la survente a bien fonctionné durant des décennies.»


UNE VIDÉO SI CHOQUANTE…

Par ailleurs, M. de Juniac relève que l’interdiction des ordinateurs portables n’est pas le seul événement qui a rendu les dernières semaines difficiles pour le secteur passagers. Évoquant « le récent incident chez United Airlines », le DG de l’IATA affirme que « ce qui est arrivé au passager, Dr David Dao, était injustifiable ».

Du même souffle, M. de Juniac s’inquiète cependant des appels à une plus sévère surveillance de la survente de la part des gouvernements, entendus à la suite de cet événement. « La vidéo était si choquante qu’il serait facile pour les législateurs et les autorités réglementaires d’être emportés par la vague d’indignation et de prendre des mesures pour limiter la survente des billets d’avion », dit-il.

« Toutefois, la gestion de la survente a bien fonctionné durant des décennies, explique-t-il. Elle permet d’utiliser les capacités restreintes avec efficience; les coefficients d’occupation record que nous obtenons aujourd’hui le démontrent. La survente aide les compagnies aériennes à ne pas avoir de sièges vides, ce qui contribue à réduire les coûts et les tarifs. Les gouvernements ont reconnu que cela profite ultimement aux consommateurs. »

« S’il faut discuter de changements à l’échelle de l’industrie, assurons-nous d’un dialogue transparent, fondé sur les faits, entre l’industrie et les autorités réglementaires. Nous devons être prudents et ne pas risquer d’annuler les bienfaits que procurent les forces concurrentielles de la déréglementation », conclut M. de Juniac.

logo_tourismeplus

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE