Les défis posés au tourisme, selon le WTTC

Le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC) a récemment publié le rapport Economic Impact Report 2017. Celui-ci étudie l’impact économique des voyages et du tourisme pour 25 régions et 185 pays.

À l’approche de son Sommet mondial annuel, qui prendra place à Bangkok les 26 et 27 avril, le WTTC s’intéresse aussi aux défis que posent, pour le tourisme international, le terrorisme, le Brexit et l’émergence d’un certain sentiment anti-étranger aux États-Unis…

Le WTTC souligne ainsi qu’en 2016, le secteur du voyage et du tourisme a augmenté de 3,3 %, dépassant l’économie mondiale pour la sixième année consécutive. Le secteur a soutenu un emploi sur 10 et il a contribué à hauteur de 7,6 billions de dollars US au PIB mondial. L’Asie du Sud-Est (8,3 %) a été la région où le secteur des voyages et du tourisme a connu la croissance la plus rapide en 2016 et l’Amérique latine (0,2 %), la plus lente.

IMPACT DU TERRORISME

Même si que le tourisme mondial est parvenu à croître en dépit des menaces terroristes dans le monde en 2016, le WTTC estime que les destinations doivent continuer de se concentrer sur la sécurité pour s’assurer que leurs marchés demeurent résistants.

En effet, si le terrorisme a eu peu d’impact sur les voyages d’affaires et de loisirs à l’échelle mondiale l’an dernier, les nouvelles données montrent que dans les pays où des attaques ont eu lieu, comme la Belgique, la France et la Turquie, les dépenses de tourisme entrant ont chuté.

D’après le rapport du WTTC, les impacts des attaques initiales sont aggravés par des avis de voyage inexacts ou trop étendus, et par la réaction des consommateurs à chercher des endroits qu’ils perçoivent comme plus sécuritaires pour leurs vacances. À ce propos, le WTTC mentionne qu’il s’agit effectivement d’une perception plus que de faits tangibles, puisque « la probabilité statistique d’être pris dans une attaque terroriste en voyage est négligeable ».

LE BREXIT

Quant au Brexit, selon le WTTC, le tourisme est bien positionné pour affronter la tempête. Le Conseil prévoit ainsi que le secteur britannique des voyages et du tourisme devrait se maintenir en 2017, malgré l’incertitude, malgré une réduction du pouvoir d’achat des consommateurs et malgré la faiblesse de la livre sterling.

Comme le secteur britannique du tourisme dépend fortement des travailleurs étrangers, en particulier ceux de l’Union européenne, le WTTC exhorté toutefois le gouvernement britannique à tenir compte des besoins spécifiques de l’industrie en matière de mobilité de la main-d’œuvre et de protéger les voyages sans visa.

AUX ÉTATS-UNIS

Aux États-Unis, le pays où le secteur du voyage et du tourisme a été le plus performant en 2016, des défis se dressent à l’horizon…

Les secteurs des voyages de loisirs et d’affaires des États-Unis continuent de se classer au premier rang mondial, le pays représentant 20 % de la contribution mondiale du tourisme. Cependant, une baisse des voyages entrants, en raison de la vigueur du dollar et du sentiment anti-étranger, devrait amortir les chiffres de croissance.

Cela dit, les entreprises basées aux États-Unis et qui vendent des vacances à l’étranger bénéficieront du fait que ces voyages seront moins chers pour les citoyens américains. Les bénéficiaires les plus susceptibles de cette forte croissance devraient être le Canada et le Mexique, ainsi que les destinations des Caraïbes et de la Méditerranée.
logo_tourismeplus

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE