Billet d’humeur !

Pour une fois, nous avons choisi de voyager pour le plaisir et on s’est offert une semaine de pause au Sri Lanka. Dire que le photographe a oublié son appareil au pays et que la rédactrice n’a fureté là où elle a passé, c’est une autre histoire. Simplement nous avons endossé la tenue de simples touristes lambda qui passent par une agence de voyage et y achètent un vol vers Colombo via la KLM qui s’avère offrir le meilleur service qualité-prix.

Comme la formule veut que l’on rejoigne Amsterdam via le Thalys au départ de Bruxelles Midi on décide de quitter Liège par le premier train (4h57 !) afin de se présenter très tôt au comptoir de la KLM pour avoir le temps de prendre ensuite un petit déjeuner à la gare.

Nous n’avions donc pas une heure d’avance comme demandé mais 2 ! Bien nous en a pris car l’hôtesse de la KLM qui donne les cartes d’embarquement pour toute la durée du voyage aller nous a vivement encouragés à monter dans le premier train de 6h34 qui partait vers Schiphol pour avoir le temps de faire toutes les formalités sur place. On a donc loupé notre petit déj !

Il a fallu admettre cependant que c’était un bon plan car de fait, si nous avions suivi l’itinéraire de voyage acheté auprès de l’agence, nous n’y serions pas arrivés. C’est que l’aéroport est vaste, il faut prendre le temps de s’y retrouver et ensuite on y pratique partout la version scanner bien connue chez Delhaize ou Ikea.

Ici chaque voyageur fait non seulement lui-même son check-in mais aussi le drop off des bagages sous la surveillance distraite d’une hôtesse d’accueil. Comme la plupart des voyageurs sont un peu perdus devant les lourdes machines qui pèsent et contrôlent chaque valise avant de délivrer l’étiquette à coller soi-même, tout cela prend du temps. Beaucoup de temps… Nous avons finalement juste eu le temps de rejoindre notre porte d’embarquement avant de monter dans l’avion. Et donc toujours pas de café-crème agrémenté de croissants croquants à souhait…

Reconnaissons-le, le voyage s’est poursuivi sans souci et très agréablement sous la houlette de KLM.

Au retour, se souvenant des conseils avisés de l’hôtesse du comptoir KLM de Bruxelles-Midi, nous avons veillé à signaler que le pick-up des bagages se faisait à Amsterdam et non pas à Bruxelles comme cela arrive encore trop souvent paraît-il. Apparemment les services de l’aéroport de Colombo n’imaginent pas que le vol s’achève à Amsterdam pour passer à une version train et nombreux seraient ainsi les bagages égarés sur un tapis roulant à Zaventem.

Nous avions à Amsterdam une bonne heure devant nous pour réceptionner notre billet de train au service des tickets internationaux toujours dans l’immense hall de la gare de Schiphol. A 6h30 du matin seuls deux guichets étaient ouverts et la file déjà bien longue.

A 7h, un 3ème guichet s’est ouvert mais la file était toujours aussi longue. Des voyageurs se sont impatientés, persuadés qu’ils allaient rater leur train mais les Bataves sont des pragmatiques flegmatiques. De fait nous, nous avons eu la « chance » (c’était un droit non ?) de ne pas rater notre train. Nous avons couru pour gagner notre quai où nous sommes arrivés à 7h30 soit 4 minutes avant le départ du Thalys. Just at time mais une fois de plus nous avons loupé notre croissant-crème !

A qui la faute ? L’agence de voyage qui hésite sans doute à allonger un itinéraire qui multiplie les inévitables escales ? Les services de la KLM qui ne communiquent pas vraiment sur cette problématique ? Ou alors ceux de Schiphol, une véritable industrie du voyage ? Quoiqu’il en soit, pour nous qui avons l’habitude de voyager, tout est bien qui finit bien mais quid des autres touristes ? Si l’avion est sans conteste le mode de transport le plus rapide, il faut hélas compter sur la lourdeur des trajets qui y mènent et qui épuisent les plus courageux.

Christiane Goor-Charles Mahaux

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE