La Gambie devrait revoir bientôt ses touristes

Lors de l’élection présidentielle début Décembre 2016, l’opposition, menée par Adama Barrow gagne les élections. Cependant, l’ancien président, Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 1994, accepte les résultats et félicite le vainqueur avant de se rétracter. La situation devenait risquée pour les nombreux touristes restés sur place. Les TO ont dû rapatrier certain de leurs clients.

TUI (ex Jetair) aurait évacué plus de 200 clients

Le ministère des affaires étrangères avait indiqué que tous les voyages non essentiels vers la Gambie étaient momentanément déconseillés compte tenu d’une situation politique incertaine. TUI a affrété un vol à destination de la Belgique afin de rapatrier les clients qui le souhaitaient. Les personnes qui avaient réservé jusqu’au 31 janvier inclus pouvaient annuler ou modifier leur réservation.

Le site du ministère indique que, désormais, la situation est calme

« Après le changement de pouvoir mouvementé suite aux élections présidentielles de décembre 2016, l’ancien président a quitté le pays le 21/01/2017. Bien que la situation soit calme, il importe de suivre les informations à ce sujet de près. Evitez les rassemblements et manifestations et évitez d’aborder les sujets politiques sensibles en public. »

Gambie pixabayThomas Cook aurait évacué 3.500 britanniques de Gambie

Comme la diplomatie belge, le Foreign Office avait mis en garde ses ressortissants afin d’éviter tous les voyages non essentiels compte tenu des troubles politiques. Thomas Cook aurait annulé tous les vols commerciaux vers la Gambie. Le TO a dû envoyer des appareils vides du Royaume-Uni pour récupérer les vacanciers sur place.

Sur le site du Foreign Office précise désormais que le risque d’une intervention militaire a été supprimé. La situation reste calme et les Gambiens ont repris une vie normale. Par contre l y aurait une menace de risque terroriste. Les touristes doivent être vigilants après les récentes attaques en Côte d’Ivoire, au Mali et au Burkina Faso, en particulier dans les lieux visités par des étrangers.

Un ex-président vraiment peu recommandable

Yahya Jammeh est arrivé en juillet 1994 à la tête de la Gambie à l’âge de 29 ans par à un coup d’état. Durant 22 ans, il dirige la Gambie, petit pays enclavé dans le Sénégal, d’une main de fer, muselant les médias, les opposants et les défenseurs des droits de l’homme.

Gambia Yahya JammehL’homme qui a troqué l’uniforme militaire contre le grand boubou blanc, apparaît régulièrement avec le Coran et un chapelet à la main. Il prétendait disposer d’un savoir pour soigner le HIV ou l’hypertension artérielle. En mars 2015, la Gambie devient la République islamique de Gambie.

Le regain de foi affiché par l’ancien président avait été interprété par certains comme un appel du pied aux riches monarchies du Golfe, moins sourcilleuses sur le respect des droits de l’homme et sur ceux des homosexuels en particulier. Le leader déchu menaçait de les égorger.

La Gambie, un pays en transition démocratique

La Gambie, avec ses environ 11 000 km2 (la taille de l’émirat du Qatar) et de 2 millions d’habitants, est le plus petit pays d’Afrique continentale, enclavé dans le Sénégal au nord, au sud et à l’est, et bordé à l’ouest par l’océan Atlantique.

Sa capitale est Banjul. Son économie est dominée par la pêche et le tourisme, et l’agriculture. L’ex dictateur est parti en Mauritanie. Il reste au nouveau président à rétablir une possible démocratie et surtout à faire revenir les touristes.

 

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE