Après l’idéologie politique, l’idéologie gastronomique

Vos prochaines vacances seront-elles végan, végétalistes, végétariennes ou carnassières ?

Le Tourisme s’est très vite adapté aux nouvelles exigences gastronomiques des clients. Normal, me direz-vous, lorsque déjà les grandes surfaces débordent de produits divers répondant aux nouvelles modes. Il existe aussi des sites web promotionnant du 100% végétarien ou végétalien : Veggie Hotels par exemple.

Les États-Unis suivent bien la tendance, sans grand étonnement d’ailleurs, vu le nombre d’habitants qui souffrent de surpoids, vous y trouverez facilement les restos de votre choix. Mais Londres, Berlin, Tel Aviv, Taipei, Toronto, Chiang Mai, et même en Nouvelle-Zélande, pays du mouton et de l’agneau, et pour ne nommer que ces pays-là, débordent également de lieux adaptés pour ceux qui refusent la viande ou même le poisson ou les œufs.

C’est leur droit le plus strict de choisir leurs modes nutritionnelles, mais ils doivent également respecter le droit des autres consommateurs qui préfèrent encore déguster de temps en temps une bonne viande rouge. Hélas ce n’est plus le cas, des militants activistes végans ont déjà dégradé des boucheries en France sous le prétexte de la protection animale globale, et c’est ici que commence l’idéologie gastronomique qui flirte avec le politique.

Respect réciproque s’il vous plaît, personne n’a le monopole du gout alimentaire. Imaginez votre bbq de l’été prochain, au menu : Saucisses de seitan ou d ‘avoine, merguez de lentilles, brochette de filets de soja, les ribs de tempeh au sirop d’érable, ou mon seul choix personnel…l’épi de maïs grillé.

Bon appétit en vacances, quel que soit votre choix.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY