Août, vive les vacances

Septembre, vive la rentrée et la réalité budgétaire. Qu’on le veuille ou non les vacances coûtent cher.

Je ne suis point défaitiste mais durant la période estivale il n’est pas rare que les familles dépassent leurs niveaux de dépenses dans l’euphorie des vacances. Il s’en suit une période de disette budgétaire souvent désagréable surtout pour les classes moyennes.

Nos vacances sont inondées de loisirs imprévus, mais notre année de travail est elle aussi influencée par les loisirs devenus incontournables. Exemples: Netflix et Spotify.

Presque tout le monde connaît ces 2 incontournables.

Le premier vous offre un choix de séries et de films soit via votre téléviseur….devenu très vieux jeu…..car les nouvelles générations veulent avoir « leurs séries » à portée de main n’importe quand et n’importe où, et donc soit via les tablettes ou smartphones.

Le second vous offre un choix musical à la demande, avec un catalogue inépuisable. Et par voie de conséquence un impact sur l’indice d’écoute des radios traditionnelles.

Le combiné des 2 activités vous coûtera environ 300 € par an pour un abonnement familial, plus quelques suppléments selon vos désirs spécifiques. Bof, pas cher me direz vous, mais si vous combinez l’ensemble de vos frais incontournables dont les prix en Belgique n’ont rien de fixes (électricité, gaz etc….), vous devrez rapidement vous rendre à l’évidence qu’effectivement le total du budget loisirs annuels incluant les vacances…citytrips… est un poste important.

Et nos envies loisirs sont loin d’être anesthésiées

Même Proximus se lance dans le streaming en ligne pour ne citer que cet exemple, car Netflix est devenu redoutable.

Alors que faire? Simple, travaillez plus. Je souris car je viens de lire que certaines catégories d’auxiliaires de police pourront désormais avoir un second boulot ou emploi.

Alors qu’attendez-vous??

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE