On pourrait croire à une entente commerciale entre compagnies tant les mesures sont similaires. Il y aura bien un juriste pour défendre la distribution. C’est un mauvais coup pour les agences de voyages. Les plus grandes s’adapteront. D’autres s’adresseront à des brokers. En France Resaneo, totalement dédié aux agences gagne ainsi des parts de marché.

Le Groupe Lufthansa a ouvert le bal en 2015

Le groupe Lufthansa a décidé d’appliquer une taxe sur les segments réservés via des GDS fin 2015. De nombreuses associations se sont tournées vers la Commission Européenne ….sans succès. Les compagnies aériennes ont été incitées à adopter une norme : NDC. C’est cette norme d’Iata que les compagnies entendent privilégier afin de développer d’autres leviers de distribution, hors GDS.

Le groupe IAG (British Airways, Iberia…) a lancé son offensive

Nous annoncions en Juin dernier (https://pagtour.info/les-agv-vent-debout-contre-la-surtaxe-diag/ ) que le groupe IAG allait taxer les réservations effectuées sur les GDS. C’était une mauvaise nouvelle pour la distribution. Deux ans après que l’ensemble du groupe Lufthansa applique la fameuse taxe, IAG emboite le pas à compter de Novembre 2017. IAG a tout de même supprimé ces frais pour les TMC et laissé 6 mois aux acteurs pour s’adapter. La connexion NDC a de beaux jours devant elle.

Aujourd’hui, c’est au tour du Groupe Air France – KLM

Dès avril 2018, la compagnie devrait appliquer ces frais dont le montant définitif, pour le moment, n’a pas encore été fixé mais devrait se situer entre 9 et 12 € par segment. Selon des sources internes, ces frais reflèteront « le vrai coût de l’utilisation d’un GDS ».

Le groupe franco-néerlandais travaille pour développer une solution NDC qui permettra aux agences d’avoir un accès direct aux réservations. « Une solution qui, pour la première fois, ne donnera plus à toutes les TMC le même prix pour le transport aérien. Ce changement de modèle devrait bousculer les process et modifier la vision des SBT, qui devront enrichir le nombre de sources d’informations proposées aux clients ».

Ces compagnies aériennes ont tout de même un sacré toupet

Elles ont été à la base de la création des GDS. Elles ont imposé le système aux agences de voyages.

Une fois que celles-ci ont vendu avec profits leur participation dans ces GDS, elles n’hésitent pas à saborder le navire et surtout de pénaliser la distribution.

Si les GDS ont d’autres ressources, les agences doivent se tournées vers des brokers. En France, il y a Misterfly mais qui travaille également avec le grand public. Les agences préfèrent de plus en plus Resaneo qui travaille exclusivement avec les professionnels.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE